Conscience et Cie, sont dans une voiture

Conscient, préconscient et subconscient

Publié dans Activmag,

 

Au quotidien, nous pensons détecter ce qui relève de nos actes conscients et nous renvoyons assez arbitrairement nos autres actes et autres pensées dans le domaine de l’inconscient. Yves Agid, médecin neurologue, chercheur et membre de l’académie des sciences, décrit dans certaines de ses publications l’existence de ce qu’on appelle les états préconscient et  subconscient. Je vous propose donc de découvrir avec son aide, la raison pour laquelle on n’oublie jamais comment rouler à bicyclette, quand bien même nous restons des années sans en pratiquer.

 

Conscient, préconscient et subconscient

Reprenons un exemple souvent cité pour aborder ces trois états. Il se peut que vous vous trouviez quelque fois en voiture Avenue d’Albigny à Annecy, en provenance de l’Hôtel de Ville avec l’objectif de vous rendre à Talloires, vers 18h00, à l’heure des embouteillages. Dans cette situation, vous ne savez pas comment vous ne rentrez pas dans toutes les voitures ou que vous n’écrasez pas quelques piétons. Il est vrai que vous conduisez votre voiture, que vous freinez, que vous débrayez, que vous regardez dans les rétroviseurs, que vous actionnez vos clignotants et pourtant vous ne prêtez pas attention à ces actions qui semblent se faire sans vous. Tout se passe alors comme s’il y avait une mémoire implicite qui vous permettait de vous adapter naturellement à la situation. En fait, ces mouvements, vous ne pensez pas que vous les faites mais vous les faites, de manière automatique. Vous ne pensez pas que vous faites, vous ne pensez pas que vous ressentez, vous ne pensez pas que vous pensez. Pourtant, vous  faites, vous ressentez et vous pensez, mais de manière automatique, de manière subconsciente.

Ceci étant si vous le souhaitez, vous pouvez changer de comportement. Il suffit que vous le décidiez. Vous pouvez vous arrêter sur un parking et décider de rentrer en bus. C’est alors, un comportement préconscient car dans cette situation, vous ne pensez pas que vous faites, que vous ressentez ou que vous pensez, mais vous faites, vous ressentez ou vous pensez et cela, de manière non automatique. Vous vous adaptez au changement de situation. Vous êtes dans un état de préconscience.

En descendant de voiture, vous pouvez avoir une réflexion sur votre décision. Vous pouvez vous dire, « mais pourquoi ai-je décidé d’aller jusqu’à Talloires, à 18h00 ? ». En vous disant cela, vous avez une réflexion sur votre comportement, vous avez une pensée sur ce que vous êtes entrain de faire, vous avez une pensée sur votre pensée, c’est du domaine de la conscience. La conscience, c’est quand vous  pensez que vous faites, quand vous pensez que vous  ressentez, quand vous pensez que vous pensez.
Et vous vient la pensée que vous existez

Dans quel état sommes-nous ?

Notre cerveau reçoit une quantité d’informations importante, dans le temps et dans l’espace. Ces informations sont emmagasinées dans le cerveau, stockage très bref en état de conscience.

En effet, nous sommes peu en état de conscience, durant une journée. Nous sommes plus longuement en état préconscient car nous sommes obligés de nous adapter à notre environnement changeant. Et, nous sommes en permanence en état subconscient. Par exemple, quand j’écris ces lignes je réfléchis à ce que je vais dire (état conscient) et en même temps, mes doigts s’agitent sur le clavier de mon ordinateur, sans que j’y pense vraiment, de manière automatique (état subconscient).

En conclusion, nous pouvons dire que l’état de subconscience est permanent et omniprésent. Il travaille en coulisses pour les travaux de fond, routiniers et acquis lors de nos apprentissages.  Dégagés de ces tâches, notre conscient peut se consacrer aux nouveautés, aux découvertes, à notre développement, tout ce qui favorisera l’évolution de notre espèce.

 

Imprimer l’article

 

Voir toutes les publications

©Christine Huchette2018

Retour à la médiathèque