Bientôt les fêtes de fin d'année2

Bientôt les fêtes de fin d’année

Publié dans Activmag,

 

Chaque année, inexorablement, elles reviennent. Que de projections sommes-nous capables de faire à propos de ces quelques journées de fête. Que d’attentes, de préparatifs, de prévisions et parfois quelques déceptions une fois les fêtes passées. Comment se débrouiller pour tirer le meilleur profit de ces évènements de fin d’année ?

 

Une bonne préparation mentale et psychique

Il s’agit en effet de prendre conscience de notre environnement, tel qu’il est, sans le transformer. Il s’agit de l’apprécier pour ce qu’il est, avec ses avantages et ses inconvénients, avec ses bonheurs et ses malheurs, avec ses équilibres et ses déséquilibres. Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas de trêve de Noël en ce qui concerne nos émotions. Et dans ce milieu fermé que peut-être la famille, on ne peut échapper à nos ressentis. Prendre du recul sur nos attentes est une des meilleures manières d’aborder ces moments importants sans être déçue. Prendre conscience que ce ne sera ni le lieu, ni la période pour régler un différend mais se dire que le litige planera surement au dessus des coupes de champagne. Alors vaut mieux avoir en tête de le laisser planer et tout mettre en œuvre pour l’empêcher de se poser sur la table.

Un désir très fort d’empathie

Nous souhaitons toutes vivre des fêtes de fin d’année le plus agréablement possible. Une fois nos objectifs définis et nos attentes bien ciblées, il est important de pouvoir se mettre à la place des autres, à la place de tous les convives. A quoi sert l’empathie ? Etre empathique nous oblige à laisser de côté notre égo momentanément. On décide de ne plus être notre seul et unique point de référence mais d’accepter le point de vue de l’autre en partant de l’autre et non pas en partant de soi. C’est une gymnastique difficile.

En effet, selon E Porter, nous avons différentes manières d’écouter notre entourage. Trois attitudes d’écoute sont centrées sur nous  le jugement, la décision ou le soutien. Les trois autres sont centrées sur l’autre : l’interprétation, l’enquête et la reformulation. Il est donc souhaitable, si l’on veut tenir bon durant toute la période des fêtes de fin d’année, de plutôt poser des questions à son interlocuteur, de s’assurer auprès de lui que l’on a bien compris ses propos, et l’amener ainsi à poursuivre sa narration. Ce parti-pris de ne pas prendre parti est très salvateur dans un grand nombre de situations.

Etre là, ici et maintenant

Se donner des objectifs de présence à soi et aux autres. Soyons claires avec nous-mêmes. La réussite des différentes rencontres familiales et amicales, qu’il s’agisse de courts apéritifs, de grands déjeuners ou de longues soirées festives, dépend en grande partie de nous-mêmes, de notre humeur, de notre ouverture aux autres, de notre envie d’être là et nulle part ailleurs. Vous pouvez être amenée à vous dire que vous n’avez pas fait le bon choix. Il se peut que vous pensiez que vous auriez dû décliner cette invitation au profit d’une autre, celle à laquelle vous n’avez pas donné suite et qui pourtant, soudain, vous apparaît comme celle que vous auriez dû accepter. Se laisser disperser par de telles réflexions se solde toujours par des comportements inappropriés. C’est laisser de la place aux différentes émotions telles que le regret, le doute, la colère. Or, ces dernières sont mauvaises conseillères. L’idée est de se dire que puisque nous sommes à cet endroit, soyons pleinement là, avec la famille et les amis, présents avec nous.

Il me reste à vous souhaiter d’excellentes fêtes, dans l’amour, la joie et le partage. Qu’elles soient des moments forts en émotion et qu’elles puissent vous porter et vous nourrir toute l’année durant.

 

Voir toutes les publications

©Christine Huchette2018

Retour à la médiathèque